Le nouveau sous-marin iranien fait ses débuts dans l’exercice militaire Zulfiqar-99

L’exercice militaire à grande échelle Zulfiqar-99 organisé en Iran cette semaine ressemblait un peu à l’Amérique des années 1980. Les avions à réaction F-4E Phantom-II fournis par les États-Unis, les hélicoptères Chinook et Sea King et l’énorme Sea Stallion ont tous été présentés. Celles-ci remontent aux années 1970, lorsque l’Iran était un allié américain. Et il y avait des équipements hérités de Grande-Bretagne, d’Allemagne et d’autres. Mais il y avait une pièce de kit en particulier exposée qui montre l’autosuffisance croissante de l’Iran. C’est le Fateh, le premier sous-marin indigène de taille standard de la marine iranienne.

Iranian Navy Fateh Class submarine

C’est la première fois que le Fatah fait partie d’un exercice. Cela indique qu’il deviendra lentement une partie intégrante de la marine de première ligne. Bien que le sous-marin soit relativement basique, il place légitimement l’Iran dans la liste des pays sous-marins. Le programme de construction de sous-marins de l’Iran est arrivé à maturité.

Selon les normes de la marine américaine, Fateh, qui signifie Conqueror, est en fait un petit sous-marin d’environ 157 pieds de long et 14 pieds de large. Son déplacement en immersion, qui est une façon courante de comparer la taille des sous-marins, est d’environ 600 tonnes. C’est bien loin de la classe Virginia de 7 800 tonnes.

Cela dit, le Fateh n’est pas un sous-marin nain. C’est un sous-marin de patrouille régulière qui peut engager des cibles de surface, présentant une menace à la fois pour les navires de guerre et les navires civils, en particulier dans le point d’étranglement stratégique du détroit d’Ormuz.

L’Iran a construit un grand nombre de sous-marins midget IS-120 «Ghadir» plus petits qui jouent un rôle majeur dans la gamme de la marine iranienne. Mais le Fateh aura une portée plus longue et un punch beaucoup plus lourd.

Il est armé de torpilles lourdes et de missiles anti-navires. On estime que six armes sont transportées, contre seulement deux à bord du Ghadir. Certains Ghadirs, basés sur une conception nord-coréenne (la classe MS-29 Yono), participaient également à l’exercice.

Les torpilles sont du type YT-534-UW1 de construction iranienne, spécialisé pour une utilisation contre les navires. Il s’agit d’une version améliorée du modèle nord-coréen PT-97W. Le missile anti-navire Jask-2 est très inhabituel. C’est une petite arme mais son conteneur de lancement a son propre moteur comme une torpille. Cela lui permet de nager hors du tube au lieu d’avoir à être poussé par de l’air comprimé ou de l’eau. C’est plus simple que les systèmes utilisés pour tirer des missiles anti-navires lancés sous-marins de grande taille comme Sub-Harpoon.

IRAN-MILITARY-NAVY submarine

La petite taille du Fateh se fait au prix de l’endurance et de la charge d’armes limitée. Six armes, ce n’est rien comparé aux 40 ou plus à bord de bateaux d’attaque rapide à propulsion nucléaire haut de gamme. Mais être petit peut aussi être un avantage, en particulier dans les eaux confinées du golfe Persique et du détroit d’Ormuz, où les plus gros sous-marins nucléaires auraient plus de mal à se cacher. Surtout, il est beaucoup moins cher à construire.

Le Fateh pourrait être un banc d’essai pour les futurs bateaux iraniens plus grands. En avril, j’ai signalé que l’Iran avait déclaré qu’il construisait des «sous-marins géants». Il a été suggéré que ceux-ci pourraient, à un moment donné dans le futur, être à propulsion nucléaire. Mais cela semble loin. Et parce que l’Iran n’a pas de batterie moderne et d’AIP (puissance indépendante de l’air), les prochains sous-marins seront probablement encore de taille modeste. Mais le Fateh semble prouver que l’Iran peut désormais construire des sous-marins exploitables de grande taille.

source : Forbes